Fonctions exécutives Asperger

Autisme Asperger, changer???

Le titre est  dû à mon humour particulier dont vous pourrez constater les dégâts dans ce blog, fruit de l’inspiration du moment:

https://neurodivertissement.wordpress.com/2017/01/06/combien-faut-il-de-personnes-pour-changer-une-ampoule/

Avant de reprendre nos parties sur les fonctions cognitives, je me suis dit « à quoi bon proposer des solutions si elles ne sont pas mises en place ? ». Je dois admettre que, moi le premier, j’ai du mal à trouver l’intérêt d’aller manifester de l’empathie ou de m’exposer en douceur face à des personnes. Ici je ne vais pas vous présenter les motivations qui doivent être vôtres et non miennes mais je vais décrypter en partie les mécanismes qui président à tout changement.

 


I) Les mécanismes qui président au changement

Alors, comprenons ensemble les mécanismes qui induisent un changement, voici comment cela fonctionne (je précise que j’ai repris certains principes entendus pour lutter contre l’addiction au tabac) :diagramme-article-4

Ce schéma explicite bien la prise de décision ou le changement, car il suit finalement une rationalité qui souvent chez les Asperger est évidente Nous avons besoin de comprendre pourquoi changer avant d’envisager le « comment changer » surtout que très souvent un rituel est installé. Il est donc primordial de comprendre comment privilégier la rationalité qui induira le changement:

Les raisons objectives : Avant de prendre une décision et encore plus quand il s’agit de changement, je m’impose de lister les bénéfices et les risques générés par le changement. Je vais expliciter à l’aide d’un tableau, bien sûr il m’est avant tout propre, j’ai pris comme exemple demander pardon à un tiers:

Demander pardon à quelqu’un

Résistances

Bénéfices

Conséquences du statut-quo

Irresponsabilité/  Minimisation de la gravité

Pour soulager l’autre

Maintien des souffrances

Avoir l’impression de vivre dans l’excuse permanente

Pour montrer notre respect envers l’autre

Maintien de la culpabilité pour soi

Risque de se sentir vulnérable

Pour diminuer un sentiment de culpabilité

Risque d’altération de la relation amicale ou professionnelle

Peur de ne pas être pardonné

Pour améliorer la qualité de la relation

Cette partie est primordiale, il est important de les lister consciencieusement et avec objectivité pour tout changement. Nous sommes donc dans une balance où il faut évaluer en quoi le changement peut être profitable pour soi et pour les autres :

 

balance-des-resistances

Mise en garde : Dans le spectre autistique, parfois l’objectivité est exacerbée, et finalement la rationalité devient la mesure de tout. Cet outil est donc à manier avec précaution et parfois je me retrouve à juger objectivement si un pull bleu est plus mettable qu’un rouge, heureusement pour les T-shirt je n’ai qu’un modèle. Au delà de l’humour, cela peut entraîner parfois l’inaction.

La confiance dans le changement : C’est un point tout aussi capital, une fois la décision choisie, il est important de mesurer si finalement ce changement, cette décision a des chances d’aboutir. Pour ce faire il faut évaluer les conséquences du statu quo. Ce point est très important lui aussi car, en cas de doute ou d’erreur d’exposition, si vous n’avez pas confiance dans ce changement, vous risquez de revenir au point de départ avec une généralisation de l’expérience négative et une incapacité à retenter l’expérience.

La priorisation du changement, c’est là qu’interviendrait l’idée du « changement c’est maintenant » : le changement, comme la récompense en ABA, ne se conçoit pas forcément dans le temps. D’autant plus que la procrastination est une problématique Asperger forte, il faut rapidement commencer à instaurer le changement sous peine qu’il ne soit jamais effectif.

II) Le processus du changement


Ces trois parties constituent les motivations qui président au changement et permettent à la décision de l’emporter. Ce diagramme présente le modèle du changement simplifié sur la base de Prochaska et Diclemente que j’ai lu dans l’excellent livre (les tCC par Jean Cottraux):

diagramme-article-4-processus

Le risque de chute/rechute est très important, c’est pourquoi j’envisagerai les conditions du maintien, mais le format inhérent au blog m’oblige à envisager ce point plus tard. J’espère que, malgré tout, vous comprenez mieux les mécanismes décisionnaires, surtout à l’aide du triptyque des diagrammes. Dans tous les cas sachez une chose : vous n’êtes pas seuls, aucun changement ne peut être envisagé sans rechute. Le savoir c’est garantir à terme le maintien du comportement attendu.

Publicités

3 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s