Publié dans Enfants

PowerCards: Les super-héros de la motivation sociale

Il est fort difficile de motiver les enfants autiste d’interagir avec les autres, ainsi que de respecter les règles sociales. Les personnes autistes adultes dont je suis ont parfois appris cela au travers de mangas, de dessins animés, ou de films. C’est de cette idée qu’est né l’outil, beaucoup d’enfant autistes peuvent imiter lorsque la motivation est présente. L’idée est donc de s’appuyer sur un dessin animé ou un personnage qu’affectionne l’enfant pour lui donner les clés d’un comportement ou la motivation pour changer. Voici donc un sujet pour les familles autistes et même qui peut être utile à tous les enfants.

Les power Cards me furent présentées très brièvement en formation. Elles m’ont semblé efficaces et surtout elles offrent un sens pour l’enfant contrairement à des approches plus comportementales qui peuvent être complémentaires. Elles s’adressent à une population qui possède déjà une compréhension du langage, mais il est fort possible de changer le contenu pour le rendre beaucoup plus accessible. Comme d’habitue un plan en trois, mon fameux triptyque

I) Développer une compétence sociale ou comportementale :

Quel que soit l’enfant, l’important est de favoriser son bien-être en tant que parents. Les deux écueils dans l’éducation sont l’anomie (l’absence de règles) et à l’inverse une forme de dressage parfois violent.
Aussi un point avant de commencer qui est primordial : un comportement n’est jamais le reflet d’une personne et nous interprétons trop souvent les personnes à l’aulne de leur comportement. « Un enfant n’est pas méchant », mais son comportement peut être inapproprié. Ma mère m’a souvent nommé l’insatisfait perpétuel, comme vous le voyez ce sobriquet, n’a guère entamé mon sens de la critique.

Voici deux sortes de domaines où des compétences peuvent être visées :

  • Comportementaux
  • Sociaux

Quelques exemples :

  • Accepter son tour de jeu
  • Accepter la défaite
  • Ne pas parler à des personnes dans la rue
  • Ne pas frapper quelqu’un qui a fait un acte qui nous déplait
  • S’affirmer

II) L’ABA une approche complémentaire :

Il existe d’autres moyens de travailler cela, en utilisant un principe de type ABA, où tout simplement un comportement autre est proposé et renforcé par des moyens plaisants, selon ce schéma bien connu :

ABA 1

Pourquoi ici ai-je décidé de ne pas utiliser l’ABA dans le cadre social ?

  • D’abord parce que ce n’est pas toujours possible dans la socialisation. Un dialogue n’est pas un chaînage d’étapes, sinon l’enfant qui sort de l’attendu est placé dans une situation d’inconfort et de stress. Une conversation est un ensemble presque infini d’interactions. Déconnecté du sens que doit porter le dialogue, l’enfant devient une machine à répéter « salut ça va ? » et qui attend la réponse apprise.
  • Ensuite parce que l’avantage de l’outil que je propose est qu’il offre du sens. Il peut s’appuyer sur du comportemental mais en donnant une motivation sociale à l’enfant.
  • Enfin parce qu’il est souvent difficile d’estomper un renforçateur artificiel, c’est-à-dire de ne plus donner quelque chose pour maintenir le bon comportement. Trop souvent le renforçateur est la tablette, et peu sont capables d’estomper cela

II) Les power Cards : comment les rédiger?

L ’idée est de choisir un comportement désiré, ce comportement sera ensuite motivé par l’imitation du personnage qu’affectionne l’enfant.  L’ABA et les intérêts spécifiques ne sont pas toujours suffisants pour favoriser un comportement adapté pour la personne. Encore une fois, je le répète, tout changement (Autisme Asperger : Faut-il changer ?) doit être motivé dans l’intérêt de la personne autiste avant tout.

Prenons un exemple simple : je souhaite développer ce comportement « accepter de perdre ». Je sais que l’enfant apprécie CARS. Flash Mac queen est le héros de l’histoire, j’ai choisi un langage très simple pour expliquer :

  1. Narration de l’histoire: Flash Mac Queen ne gagne pas toujours les courses. Quand il perd une course, il n’est pas content. Il a envie de tout arrêter, puis il réfléchit. S’il a perdu cette course, il peut gagner la suivante. Aussi il va s’entraîner pour progresser.
  1. Mise en situation pour l’enfant: Toi aussi, il t’arrive de perdre. Comme Flash, tu n’es pas content. Mais tu pourras gagner une prochaine fois. Alors quand tu ne gagnes pas, tu peux t’entraîner comme Flash.
  1. Ensuite demander à l’enfant de choisir une photo pour agrémenter l’objet, une photo du héros qu’il aime, il est important qu’il soit participatif dans la création
  2. Ensuite cette carte doit être à portée de main, par exemple dans un classeur dédié avec d’autres petites cartes liées à son dessin animé préféré. S’il sait lire, ça peut lui faire plaisir de lire sur son personnage et ça peut être un objet plaisant pour l’enfant.

Dans les exemples suivants, le langage est plus élaboré car il correspond à un autre public :

  • Maîtriser sa colère :

power cards 1.png

 

  • S’affirmer :

power cards 2.png

 

Ces exemples sont destinés à illustrer. Les power cards ont pour objet de favoriser la motivation avant de développer une pratique. Ils peuvent ensuite engager l’imitation de l’enfant au travers du dessin animé préféré de vos enfants.

 

 

En conclusion : La motivation est une chose importante pour viser l’apprentissage ou le changement de comportement. Bien souvent elle peut être difficile à obtenir sans utiliser des renforçateurs dits artificiels, par exemple « je gagne 5 minutes de tablette si j’accepte de dire bonjour aux gens qui entrent dans ma maison ». Or il est difficile d’estomper et de trouver un renforçateur naturel. Du coup, chez beaucoup d’amis le renforçateur naturel ne vient jamais, et le gamin apprend à coup de tablettes.

Avec cet outil, le renforçateur est moins utile, il s’appuie sur un intérêt important pour un dessin animé ou un personnage, pour favoriser une motivation. A lui tout seul, il ne peut régler un gros problème, mais il peut induire la motivation qui préside au changement.

N’hésitez pas si vous créez des power Cards à me les envoyer, cela m’intéresse vivement.

Un site ami:
https://autismeautonomie.wordpress.com/

Lien vers un site anglais de power cards:

http://www.autismcircuit.net/tool/power-card

Lien Facebook pour m’envoyer vos powerCards, suivre nos actualité, les infographies:
https://www.facebook.com/Aspieconseil/

 

 

Publié dans Habiletés sociales

Groupe d’habiletés sociales : L’apprentissage de la neurotypie à destination des autistes ?

Le titre peut sonner comme un buzz des magazines scientifiques, tant il s’inscrit dans une polémique. Mais ce choix ne tient rien au hasard : j’avais en tête cette opposition classique souvent formulée par le « haut du spectre ». Aussi vais-je, comme à mon habitude étudier cet accompagnement. Je tiens à préciser deux points : je coanime un groupe sur Orléans depuis le début d’année scolaire et je fus participant à un groupe de ce type au Centre Expert de Créteil. Même si, selon l’expression courante « je suis juge et partie», je m’attacherai à garder un sens de l’objectivité et de soulever les problématiques intrinsèques de cet accompagnement.

Dans mon dernier article Cartographier l’autisme en schémas pour mieux l’accompagner, je le précisais, l’autisme n’est pas qu’un « simple » handicap social, toutefois il est clair que c’est en général la sphère la plus touchée. Cette préconisation me semble donc appropriée si elle intègre des outils et une sociabilité personnalisée qui respectent les spécificités inhérentes au diagnostic d’autisme.

La première partie décrira les objectifs d’un tel groupe, la seconde le déroulement, et enfin la dernière partie abordera les critiques du modèle classique et comment répondre au mieux, bref il faut respecter le triptyque désormais traditionnel de ceux qui me suivent.

I) Les Objectifs  d’un groupe d’habiletés sociales

Les groupes d’habiletés sociales touchent diverses pratiques :cc3922b09c5111e7b4725721aead9da7.map (1)

Ces pratiques peuvent avoir un impact autant sur :

  • la communication
  • le comportement
  • Le bien-être de la personne.

Ainsi si on prend la régulation émotionnelle, elle offre  :

  • Une meilleure identification des ressentis corporels (prémisse d’un meltdown par exemple)
  • L’expression à des tiers qui peuvent consoler au besoin ou aider à changer l’environnement
  • Une régulation verbale qui permet de calmer un sentiment de crise.5ebfc3809c7211e79b6f1b79c1c36920.map

Très souvent, les enfants autistes affichent « des troubles du comportement ». Ces troubles peuvent avoir comme antécédent, leur incapacité à exprimer leur souffrance environnementale. C’est pourquoi avec la communication alternative ou orale, certains troubles peuvent disparaître. Les habiletés sociales peuvent donc être un processus de régulation émotionnelle. Elle peut aussi favoriser des techniques de coping, c’est à dire un ensemble d’efforts cognitifs pour anticiper et agir par rapport à un stress potentiel.

II) Le déroulement d’un groupe d’habiletés sociales :

J’y reviendrai en 3eme partie, mais hélas beaucoup de groupes de socialisation se déroulent à l’instar d’un cours de mathématiques, avec de la théorie suivie d’exercices pratiques. Voici la forme que peuvent prendre certains groupes surtout pour les adules :

Le cadre thérapeutique s’articule selon le schéma suivant, il a comme avantage de tenter de déconstruire les résistants au changement (Autisme Asperger, changer???), mais il souffre de décontextualisation et ne s’approche pas assez du réel.d6177af09c7111e7831537dc274ad5e6.map

Ainsi le déroulement d’un groupe d’habiletés sociales adulte est souvent proche du schéma formulé suivant:eb8c8aa09c8111e7a94ec799d9d7befe.map

III) Écueils possibles liés à l’ entraînement aux habiletés sociales

1) Une société idéalisée

Lors du groupe d’habiletés sociales du centre expert de Créteil, j’eus souvent l’impression que le neuropsychologue, pourtant très au fait de la société, et particulièrement spécialisé dans l’autisme, me dépeignait une société idéalisée. Il ne fallait jamais émettre des critiques générales, une fois la critique énoncée trouver un compromis gagnant pour tous. La manifestation de l’empathie sociale (voir attendu ici : La critique: une pédagogie du progrès) était l’expression d’un réel souci de l’autre, tant j’y voyais seulement de l’automatisme « hum hum pas facile » et à la fin un « n’hésite pas à me contacter si tu en as besoin » qui n’était pas du tout contractuel. A ce stade, je dois avouer avoir songé que 99% de la planète aurait eu tout interêt à suivre des GHS, mais que seuls nous devions agir comme si la personne en face était a-priori bienveillante. Voilà pourquoi, tout au contraire, je donnerai au cours des groupes, les moyens de repérer la malveillance chez autrui, et décrirai la société non telle qu’elle devrait être, mais telle qu’elle est pour agir au mieux fort de cela

2) La faiblesse pratique :

C’est hélas l’un des plus gros points négatifs, les habiletés sociales ne s’apprennent pas comme les mathématiques et si un participant peut le temps de 5 minutes mimer parfaitement l’empathie, il est fort possible qu’il ne sache pas exploiter cela dans la réalité de la sociabilité.

Il est nécessaire en effet :

  • d’identifier que la situation nécessite de l’empathie
  • savoir écouter tout en plaquant la méthode « empathie sociale »

Comment palier ce problème ? voici quelques astuces :aa7862a09c8111e7a94ec799d9d7befe.map

3) Respecter les spécificités de l’autisme

Il serait vain en très peu de cours, d’obliger des personnes autistes à mimer les expressions faciales. La scène suivante pourrait expliciter de façon simple, l’inanité d’une telle pratique : la personne apprend une mauvaise nouvelle. Elle devrait aussitôt songer « je dois prendre un regard vide embué de larmes » pour répondre à l’attente sociale de souffrance affichée. Il faut donc trouver une sociabilité personnalisée pour que la personne, si elle n’est pas capable d’exprimer de façon non verbale une émotion, puisse le faire autrement.  Deux étapes sont nécessaires :

  • Identifier ses propres ressentis et dans l’hypersensibilité, ce n’est pas toujours simple à décrypter
  • Ensuite tenter de l’exprimer verbalement ou de façon non verbale par un moyen compréhensible par tous, par exemple par la communication alternative (thermomètre de l’humeur, roue des émotions)

De même que si je n’ai pas de contact oculaire avec une personne, j’ai appris par la prosodie (intonation) et par le contexte à inférer souvent de façon exacte son état mental. Il faut donc proposer une sociabilité adaptée à la personne autiste. Faute de quoi, le groupe d’habiletés sociales n’aura servi à rien puisque passé ce moment, les personnes auront l’impression de devoir sans cesse réapprendre une langue étrangère qui n’a rien de naturelle.

4) intégrer des scénarios sociaux :

Les scénarios sociaux sont de courtes histoires écrites pour des personnes autistes qui permettent d’anticiper des réponses adaptées dans un contexte (Grey 1996) par exemple:
http://www.lespictogrammes.com/scenario-fr.php
27d2a8909d6e11e79b55173d539662ba.map - Copie

Conclusion

Tout n’a pu être abordé, mais là est l’apport théorique. Sans doute aurait-il été congru (j’aurais pu idoine, mais j’avais envie de changer) de s’interroger sur l’apport du GHS dans le cadre d’un autisme modéré ou sévère, de discriminer les différents programmes possibles en fonction du niveau. Aussi je présente en fin d’article des sources bibliographiques ou internet qui devraient satisfaire votre curiosité. L’entraînement aux habiletés sociales est fructueux lorsque celui-ci est mené dans le respect des spécificités de l’autisme et dans une vocation d’être pratique avant même d’être théorique.

Bien entendu, cela dépendra toujours du handicap sociale de la personne, de son appétence sociale, faible chez moi. Les GHS ne sont donc pas une méthode pour transformer les personnes autistes en NT, la personne autiste ainsi pourra concevoir une communication personnelle, ensuite libre à elle d’initier des conversations ou pas. Comme le suggèrent assez justement les recommandations HAS adultes, après tout la personne autiste doit demeurer le moteur et le décideur de son accompagnement.

Vous pouvez vous abonner à ma page facebook, je mets quelques tests, des informations à destination des personnes autistes et à leur famille:
https://www.facebook.com/Aspieconseil/

Ps: Merci à Mathilde, pour l’idée de repérer la malveillance chez autrui!

Sources scientifiques:
Baghdadli, A. et Brisot-Dubois, J. (2011). Entraînement aux habiletés sociales appliqué à l’autisme. Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson.

Baker, J. E. (2003). Social Skills Training for Students with Asperger’s Syndrome and Related Social Communication Disorders. Shawnee Mission : Autism Asperger’s Publishing Company.

Barry, L.M. et Burlew, S.B. (2004). Using social stories to teach choice and play skills to children with autism. Focus on autism and other developmental disabilities, 19(1), 45-51.
Les schémas en ligne

Publié dans Non classé

Cartographier l’autisme en schémas pour mieux l’accompagner :

Dans l’article Autisme Asperger: approche théorique d’un spectre insaisissable, j’appréhendais l’idée du continuum autistique. Cette idée inscrit une continuité dans les troubles de l’autisme des plus légers aux plus sévères. Intronisée dans le Dsm5 elle préfigure l’idée dimensionnelle et non plus catégorielle (c’est à dire des catégories de personnes autistes). Toutefois afin de dissocier les diagnostics, il fut décidé trois dimensions : légère, modérée et sévère:

Copy of Continuum autisme (1)

Ce concept quoique séduisant au départ, car il permet vraiment de lier la prise en charge au diagnostic (à telle atteinte est associé tel accompagnement), me semble trop global pour être pertinent. En effet, trop souvent la tendance même des personnes autistes, est de limiter l’autisme à un simple handicap social. Si sans nul doute, c’est le handicap le plus visible (cf l’iceberg ci-après) dans les troubles de l’autisme, une atteinte légère dans cet aspect peut cacher une autonomie amoindrie, une sensorialité difficile, des altérations des fonctions exécutives, des stéréotypies marquées. C’est pourquoi, dans cet article je souhaite démontrer qu’il convient de caractériser l’aspect léger/modéré/sévère dans toutes les sphères touchées par l’autisme.
Affirmer d’une personne qu’elle est légère parce que socialement elle semble normalisée, c’est parfois oublier une grande partie de ses difficultés. D’habitude, j’utilisais de longs discours, et un triptyque pour respecter une ligne directionnelle. Là j’ai décidé d’utiliser des schémas, forcément avec moins d’informations mais plus de visuels. Si j’avais quelques poids dans l’autisme, j’aurais aimé que ces principes soient repris dans les diagnostics, non pas par orgueuil mais pour une meilleure granularité dans les accompagnements. Faute de cela, j’espère que ces différents schémas serviront les personnes autistes.

iceberg-1421411_1920.jpg

Ici il n’y a pas de gradation qui ne saurait être universelle, les stéréotypies peuvent se voir mais elles se contrôlent chez certain(e)s, l’autonomie est très visible mais pour les proches etc… J’ai donc disposé les éléments de façon aléatoire.

I) Autonomie ou comment gérer le quotidien d’une personne autiste.

Il existe de nombreux tests qui permettent de mettre en valeur les altérations de l’autonomie d’une personne autiste, le vineland pour les adultes, L’AFSL (http://aba-sd.info/?p=66). J’ai notifié dans ce schéma les diverses atteintes :

030d36a089ab11e7b1774b58107c49ef.map

II) Cartographie des altérations des fonctions exécutives :

Je ne reprends pas l’article Les fonctions exécutives que j’ai développé, mais juste ce graphique pour expliciter les diverses affections liées aux fonctions exécutives:

90d6b6a7-53c7-4afc-8331-3763c250bf19 (1)

III) La sensorialité : 

Pour éviter la surcharge d’informations, je n’ai développé les sous-items que pour la vue mais ils sont déclinables pour chaque sphère sensorielle. N’hésitez pas à consulter l’article dédié L’Autisme dans tous les sens

4bb320f08b4e11e79f8c0b142928e8f2.map
IV) Les habiletés sociales :

Celles-ci peuvent concerner divers domaines par exemple (la critique ou manifester l’empathie)

b850a8a08b3911e79e43576da284e7fd.map (1).png

V) Les stéréotypies :

489da9f08b5611e79f8c0b142928e8f2.map (1)
VI) Intérêts restreints/intérêts spécifiques:

Voir l’article: Les intérêts restreints: un intérêt pour tous!

0b517420a85a11e7803c376ccb2bf5c8.map

VII) Cartographie résumée de l’autisme :

c30973708b3a11e7a032f1fbc781086e.map.png

Contrairement aux préjugés, beaucoup de personnes autistes même Asperger possèdent une autonomie amoindrie ou des altérations dans un domaine. Ils peuvent être employés, mariés et parents, ils n’en sont pas moins affectés. De la même façon Josef déclare régulièrement que malgré son doctorat en philosophie, il ne sait pas nouer ses lacets, simplement parce que cela ne demande pas du tout les mêmes processus cognitifs.

L’impact des troubles autres que sociaux est trop souvent négligé. Pourtant ces affections peuvent nuire grandement à la qualité de vie. Faute d’un SAVS ou d’une assistance, les situations peuvent devenir inextricables. Ainsi, j’ai pu m’exonérer de me laver les dents des années, et mon appartement étudiant était empli de détritus, où grouillaient quelques cafards. Scolairement, je prenais des notes sur des feuilles volantes, que je ne retrouvais jamais pour préparer mes examens, cela a affecté notablement ma scolarité ainsi qu’aujourd’hui mon autonomie sociétale. Pourtant je suis marié, avec un enfant, et donc on pourrait croire qu’objectivement je suis loin de ces altérations. Je ne me plains pas, bon nombre de personnes autistes sont plus touchées que moi-même. J

J’espère vous avoir démontré que l’autisme n’est pas qu’un handicap social, qu’il faudrait l’appréhender dans sa globalité pour un accompagnement efficace, que les GHS (groupes d’habiletés sociales) et l’ABA sont des outils souvent pertinents, mais qu’ils ne constituent pas une solution universelle à l’autisme. Ces graphiques devraient vous y aider, je les ai repris ci-dessous:

Comme d’habitude, retrouvez-moi sur la page facebook :

https://www.facebook.com/Aspieconseil/

Ps : Normalement je devrais participer à un ou deux groupes de travail du plan autisme à venir, notamment pour la partie adulte. N’hésitez pas si vous le désirez à me faire part de vos propositions, de vos informations, pour cela vous pouvez me contacter via les commentaires ou via le facebook

Quelques références bibliographiques qui peuvent être intéressantes à lire:

– Autisme « une autre intelligence » de Laurent Mottron
Goldman, S., Wang, C., Salgado, M. W., Greene, P. E., Kim, M., & Rapin, I. (2009). Motor stereotypies in children with autism and other developmental disorders. Developmental Medicine & Child Neurology, 51(1), 30-38.
CUNNINGHAM, A. / SCHREIBMAN, L. (2008), Stereotypy in Autism : The Importance of
Function, Res Autism Spectr Disord. ; 2(3) : 469-479, Califor

Lewis & Boucher (1995)
Ozonoff, Pennington & Rogers, 1991
Hill, E. L. (2004). Executive dysfunction in autism. Trends in Cognitive Sciences, 8(1),26-32.

Pour les habiletés sociales:
Paul R. Promoting social communication in high functioning individuals with
autistic spectrum disorders. Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North
America 2003 ; 12(1) : 87
Konstantareas M. Social skills training in high functioning autism and Asperger
disorders. Hellenic Journal of Psychology 2006 ; 3(1) : 39-56.

Sensorialités:
Sensory Processing in Children With and Without Autism: A Comparative Study Using the Short Sensory Profile Scott D. Tomchek; Winnie Dunn

The pattern of sensory processing abnormalities in autism
Janet K. Kern, Madhukar H. Trivedi, Carolyn R. Garver, Bruce D. Grannemann, Alonzo A. Andrews, Jayshree S. Savla, Danny G. Johnson, Jyutika A. Mehta, Jennifer L. Schroeder First Published September 1, 2006

Publié dans Outils

Autisme et couple, le noir et le blanc…

Une fois n’est pas coutume, je rédige un article rapide. Par rapide, j’entends qu’il me prendra maximum 2 jours, soit à peu près 3-4 heures. Aussi il aura sans doute moins de matières qu’habituellement. Rassurez-vous le prochain sur les fonctions exécutives ne manquera pas d’être nébuleux.

Revenons à notre couple, pour des personnes atypiques comme celles que forme notre couple, la première difficulté est de se comprendre et ensuite de trouver des compromis, pour pouvoir rendre la vie plus « satisfaisante ». Aussi cet article rapide, sera toujours en une forme triptyque mais rapidement décrite. Le pré-requis pour entrer dans cet article est d’être face à deux personnes réellement volontaires pour s’accorder. Je tiens encore une fois à remercier ma psychologue qui a plus que fortement contribué à l’élaboration de ce diagramme.

I) «  Connais-toi toi-même » pour l’exprimer à l’autre:

Je propose un mind-mapping, pour ceux qui ont du mal avec ce type de diagramme, n’hésitez pas à vous reporter à mon précédent sujet (Mind Mapping: s’il vous plait, dessine moi l’autisme…)

97d0bf98-e85f-481b-9fdf-c03f2ee41a5b (1)

Ce schéma présente les grands principes que vous devrez ensuite rédiger. L’hétérogénéité du spectre est telle que ce serait peu productif d’induire des propositions. Il faut donc ensuite décrire chaque partie de façon linéaire mais aussi de façon réciproque. Il n’y a pas à culpabiliser, même une personne neurotypique possède un fonctionnement particulier, ressent des besoins, des limites, des envies…Si le travail est organisé de façon conjointe, il ne peut donner lieu à des tensions.

Pour mieux comprendre les interactions et comment agir avec l’autre, il faut comprendre le fonctionnement de l’autre, aussi faut-il que chacun décrive à l’autre ce qu’il vit, ses ressentis, et ce qui est lié à un éventuel diagnostic.

Les besoins sont de deux ordres :

  • personnels comme par exemple avoir besoin de temps de récupération, de temps d’isolement, de temps pour du sport, de la marche. C’est le moment d’exprimer que vous avez besoin d’une heure tout seul sans sollicitation et il sera utile de la planifier ultérieurement
  • Ils peuvent aussi être des besoins pour le couple, par exemple des besoins de tendresse, de temps de communication,…

De même pour les envies :

  • Les envies personnelles qui ne sont pas liées au couple par exemple : « j’ai envie d’apprendre le castillan », « je souhaite m’inscrire à un club de gymnastique ».
  • Des envies de couples qui par exemple peuvent être associées aux vacances, à un achat de maison, ou à une rencontre d’amis…

Enfin la partie qui à mon sens est la plus importante (les interactions avec l’autre), elles sont discriminées en trois composantes :

  • La zone de confort : c’est à dire la zone où les interactions avec l’autre ne posent aucun problème
  • La zone d’inconfort : La situation est gérable mais coûte en terme de crédit énergétique, et surtout induit des difficultés.
  • Les limites : La situation est tellement inconfortable qu’elle peut générer des crises, des souffrances importantes.

J’ai ajouté la partie facultative, ce que j’apprécie chez l’autre, cette partie est là pour rappeler aussi pourquoi le couple s’est formé. J’aurais du mal à la remplir, mais elle doit aussi être le support, notamment en terme de valeurs, d’attentions, de geste, de caractère, d’intelligence etc… Cette partie aura le mérite de nuancer un peu le caractère difficile que peut revêtir cette analyse.

II) Une rédaction simple mais complète

Chaque partie doit être traitée de façon exhaustive, prenez votre temps de lister chaque composante. La plupart des personnes qui ont un fonctionnement particulier infèrent que l’autre comprend qui ils sont et comment ils agissent. Ce n’est une évidence que pour soi et encore, je dirais que pour réussir un couple, l’invariant est de se connaître et de s’accepter. L’autre n’est ni votre sauveur, ni celui qui vous donnera les moyens de votre bien-être.

Autre chose, de mon côté ces parties méritent réflexion, aussi je pense qu’il est important d’en choisir une, de prendre un temps avec son compagnon ou sa compagne, puis de relire à deux ce qui a été dit.

Quelques conseils :

  • Eviter les jugements et les critiques au moment de la lecture et de l’écriture. Ce sont des fonctionnements, des comportements, ils vous dérangent mais ne sont pas objectivement des problèmes
  • Prenez le temps de valoriser ce temps, c’est un temps à deux, encouragez l’autre à y participer.
  • Gardez en tête la finalité de ce travail, aller vers une finalité d’une meilleure satisfaction pour le couple
  1. Le mind-mapping au service du couple ?

Bravo, le travail est en parti accompli, les listes sont prêtes. Maintenant outre l’avantage d’expliciter posément vos peurs, vos craintes ou comment fonctionner, il faut trouver un existant plus favorable. Aussi il est important d’envisager un moment de propositions, face notamment à des « limites », des dangers quant à vos interactions. Par exemple si faire les courses est un réel problème, votre conjoint peut s’en occuper, à l’inverse, vous pourriez proposer d’effectuer une tâche qui vous convient mieux.

De même si un fort désir de couple est notifié, par exemple d’avoir une plus grande sociabilité, ou de partir en vacances. Il est sans doute possible de chercher un compromis, un lieu de vacances connu ou plus isolé en campagne etc. Chaque proposition doit s’inscrire dans un compromis acceptable pour les deux partis. Aussi je propose ce schéma qui peut vous aider à résoudre un conflit qui risquerait de perdurer :
conflit couple

 

Bien sûr, il n’y a jamais de conciliation sans renoncement quelconque, mais malgré tout sachez apprécier les concessions de part et d’autre. La nuance nous est difficile, mais peut-être faut il envisager des arbitrages plus favorables, qu’un statu-quo intenable. Ensuite à chacun de planifier voire de proposer une « feuille de route » ou une planification. Cela peut paraître formel ou coercitif, c’est un moyen aussi de se rappeler comment agir au mieux. Bien entendu, au bout d’un temps appréciable, par exemple trois mois, il est possible de réengager des discussions et de dresser le bilan.

Conclusion : L’exercice le plus difficile à mon sens n’est pas l’art du compromis, mais plutôt de savoir décrire de façon pertinente et exhaustive ses interactions difficiles, ses besoins et surtout pour moi ses envies. N’oubliez pas, se connaître et s’accepter sont les deux invariants pour réussir un couple, ce n’est pas à l’autre de répondre à cela.
Si d’aventure comme moi, vous ne savez guère quels sont vos besoins, envies, il peut être pertinent de démailloter cela avec un conseiller conjugal, une psychologue ou un ami si vous en avez un. Cet article est simple, il ne saurait être une recette, mais juste un premier pas. Comme je vous l’avais dit au départ, j’ai pris le parti d’aller vite, aussi comme parait-il aurait dit Mallarmé, je n’ai pas eu le temps de faire « obscur ». Je ne me compare pas à lui, mais plus je travaille un article, et plus je veux ajouter des précisions et finalement je rends l’article bien souvent moins accessible.

 

Enfin, je me permets d’indiquer deux groupes facebook dont un est tenu par un ami facebook où je suis membre :
https://www.facebook.com/groups/672878006094314/

Et le second, que je viens de créer qui s’inscrit aussi dans une vocation de parentalité:

https://www.facebook.com/groups/210212696172775/

Là seront présentés divers témoignages et problématiques, ainsi que des avis parfois utiles pour dénouer les situations, n’hésitez pas à les rejoindre et à y poser vos questions.

Comme toujours la page facebook du site:
https://www.facebook.com/Aspieconseil/

Publié dans Habiletés sociales

La critique: une pédagogie du progrès

 

La seconde partie de l’article sur l’empathie m’a permis de dégager l’idée de créer des fiches simples sur les habiletés sociales pour gérer au mieux les relations. Ce sujet s’inscrira donc dans une vocation très pragmatique: « Comment exprimer une critique? ». La structure triptyque sera maintenue, d’abord il faudra analyser pourquoi émettre une critique avec les résistances qui retiennent de le faire, ensuite il est important d’étudier comment réaliser cela selon la norme sociale. La dernière partie s’articulera autour des erreurs inhérentes à l’autisme et aussi sur la pratique sociale. Bien souvent les personnes autistes pèchent par généralisation ou par expression verbale non contenue. A contrario, parfois ils ruminent ce qui dérange sans mot dire. Pourtant des critiques bien formulées peuvent permettre d’avancer et favorisent notre bien-être si elles aboutissent à un compromis acceptable pour tous.

I) Pourquoi émettre une critique ?

Cet organigramme a pour finalité d’évoquer les raisons qui président à l’émission d’une critique constructive. Dans la partie plus technique, je dissocierai la critique constructive des jugements personnels.
critique1

Mais alors quelles sont les résistances à l’expression de nos sentiments négatifs ? Certains points sont inhérents à l’autisme, d’autres à l’expérience difficile rencontrée et d’autres se retrouvent bien entendu dans la population type. Je ne compte pas discriminer ces points mais plutôt proposer un ensemble :

Critique2

Pour autant, faute d’avoir émis une critique, des sentiments nouveaux et négatifs vont faire jour :

  • Augmentation des insatisfactions et des frustrations
  • Risque d’augmentation de l’agressivité à cause de la rumination
  • Risque d’évitement du problème et des autres
  • Risque de généraliser le problème ou de critiquer avec violence en listant tous les points négatifs.

II) Comment exprimer une critique?

Il est possible de résumer la méthode DESC (Sharon A. et Gordon H. Bower)
D: Décrire les faits
E: Exprimer nos émotions
S: Spécifier les solutions
C: Conséquences et conclusion.

Toutefois, j’ai préféré développer un organigramme. Bien des personnes, dont moi seront opposées à l’idée de commencer une critique par un compliment qui sonne très artificiel. Mais il est important de connaître la norme pour la critiquer et parfois pour s’y soustraire ou non selon les circonstances:

Arbre critique2.jpgCi-dessous, j’explicite quelques exemples qui montrent la différence entre critique d’un comportement et jugement personnel. Il semble important de différencier le comportement de la personne, mais aussi ne pas généraliser le comportement qui dérange.

Jugement personnel

Critique

« Tu es une personne qui critique tout le monde »
« avec toi, de toute façon il y a toujours quelque chose à redire»

« Bonjour, J’ai été affecté par ta critique, je comprends que tu n’apprécies pas mon positionnement mais ne pourrais-tu, s’il te plaît, nuancer tes propos ? Cela m’a blessé »

« J’en peux plus du bruit que tu émets tu ne peux pas manger proprement et en silence »

« Je suis très sensible au bruit, aussi parfois, je suis gêné par les bruits de mastication, ne pourrais-tu, s’il te plait, faire moins de bruit en mangeant? Je suis très sensible au bruit »

« Tu es bordélique », L’exemple lu sur un groupe que je gère et qui fut l’initiateur de mon sujet. Il n’y a pas de critique simple et acceptable, mais je propose une solution, même si je pense que le mieux est de se taire

«lorsque des objets traînent, cela me créé un trouble attentionnel. Aussi, peut-être avec moins d’objets présents sur votre bureau, je pourrais mieux vous répondre et je serais moins distraite »

De mon côté, je suis extrêmement critique. Comme je n’arrive pas à inhiber des détails, je ne peux pas observer la cohérence globale. Ainsi, malgré une certaine phobie sociale, la moindre opposition dans une conférence entraînera une question qui sonne en fait comme une critique. En attendant, je ne pourrais plus écouter le discours, et je me remue sur ma chaise prêt à décocher ma question acerbe. Autant dire que ça m’a valu bien des problèmes, et je suis régulièrement bloqué par des personnes sur Facebook.

III) La critique dans la pratique :

Quelques écueils importants qui méritent d’être soulignés :

  • La légitimité de la critique : Dans un groupe d’habiletés sociales Asperger, une personne narrait qu’elle ne supportait pas qu’un collègue utilise deux fois la même intonation de voix. Cette pratique quoi que gênante pour elle, ne pourrait faire l’objet d’une critique, d’abord parce que la personne qui la reçoit n’aurait pas les ressorts pour changer, puis par ailleurs elle demeure trop atypique pour être comprise. La critique doit être vue comme une manière de développer le bien-être de tous et particulièrement le vôtre, et pas comme l’expression d’un jugement négatif.

  • Émettre une critique sur un ton négatif : La prosodie (l’intonation est importante), élever la voix peut renforcer l’idée de jugement.

  • Soyez spécifique : Une critique à la fois et toujours ainsi, si vous transgressez ce principe, l’autre se sentira accablé, et ne saura comment agir. Par ailleurs, cela aide à prioriser les problématiques.

  • Si le problème perdure : inutile de revenir tout de suite sur le sujet. D’abord il faut un temps pour progresser, ensuite il est primordial de se rappeler que l’autre est seulement invité à changer. Par contre, il est possible toujours avec la même façon, d’effectuer une autre demande pour lui rappeler que son comportement est dérangeant pour vous.
  • Faites un suivi des progrès, par exemple de la même façon que l’ABA, il est utile d’encourager toute prise en compte de votre crituqe

  • Évitez d’émettre une critique devant un tiers, ou pire de le faire pour un autre. Le témoin risquerait de prendre parti et celui qui en fait l’objet pourrait en prendre ombrage

Ici, vous trouverez deux manières d’aborder la critique, la première qui ne produit rien en terme de changement si ce n’est créer une tension :

L’approche autistique qui est souvent la mienne n’est pas non plus celle attendue. Elle se contente d’être factuelle, elle est reçue comme un jugement car elle ne donne pas les moyens de changer l’objet :
autisme

Bien sûr, tout ça peut paraître caricatural puisque cela sert un propos, mais voici dans l’idéal comment une critique devrait se dérouler :

Nous n’avons abordé que l’émission de la critique, car elle est la plus difficile pour les personnes autistes. Cette conclusion pourra sonner comme un leitmotiv, mais il est évident que la critique s’inscrit aussi dans des règles sociales attendues. Aussi j’estime qu’il faut trouver des lieux où la critique plus factuelle, plus autistique est possible. Cet exercice social doit donc être réservé aux relations dans le cadre socioprofessionnel. L’avantage d’émettre une critique normée est d’engendrer plus souvent un changement de comportement si celle-ci est bien formalisée. Ainsi, comme dans les sciences comportementales, plus vous réaliserez cela, plus vous serez gratifié. C’est pourquoi je vous conseille de commencer à critiquer d’abord quand l’enjeu n’est pas important ou bien d’utiliser des tableaux pour dissocier simplement jugement et critiques. Ensuite vous pourrez plus facilement trouver des compromis et favoriser votre bien-être.

Ps : Vous pouvez aussi exercer votre critique à l’endroit de cet article, mais si vous me notifiez mes fautes de frappe, n’hésitez pas à me donner les lignes pour que je puisse les corriger.

Remerciements à Perrine pour avoir critiqué mon schéma, et à Béatrice qui m’a fait ajouter des formules de politesse et nuancer mes critiques, cela est fort utile d’avoir des amis Neurotypiques

La page facebook de mon blog: https://www.facebook.com/Aspieconseil/

Quelques liens utiles sur le sujet:
la méthode DESC

 

La critique par wikihow