TCC autisme asperger

Lutter contre les pensées envahissantes

« ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens»

Je n’aime pas spécialement ce type de chansonnette, mais j’ai trouvé que les termes utilisés caractérisaient à merveille les pensées intrusives voire obsessionnelles. En effet, ce que des tiers pourraient qualifier de « petits riens » peuvent être d’une récurrence obsédante chez des personnes autistes mais aussi chez d’autres. Souvenez vous d’un petit dessin humoristique, où une personne autiste conversait avec un tiers. Des pensées multiples venaient l’envahir et le rendaient incapable de répondre de façon attendue à un échange verbal. Ce dessin pouvait sembler caricatural, il n’en est rien. Les pensées nombreuses et envahissantes sont omniprésentes dans le TSA, que ce soit à cause des sensorialités, mais aussi simplement pour tout ce qui n’est pas inné en terme d’habiletés sociales.

Bref aujourd’hui l’idée est de trouver les moyens de lutter contre cela. Aussi, même si j’ai gardé une forme usuelle , mon article a comme point d’orgue  l’outil final. Une fois n’est pas coutume, j’ai commencé par élaborer ma solution pour ensuite dégager ce qui avait rapport à la théorie. Le sujet se veut avant tout pratique. Si j’osais cette image, avec une solution « clé en main ». J’infère que Caroline et d’autres amis autistes imagineront une clé dans une main en me lisant… Toutefois, j’espère que cette pensée ne sera pas obsédante pour eux, auquel cas, ils auront ici, je l’espère, un moyen d’y remédier.

I) Quelques notions théoriques sur les pensées et les comportements

Une pensée intrusive est tout simplement une idée ou une image désagréable qui revient sans que la personne parvienne à s’en dégager. Ces pensées peuvent générer un trouble anxieux ou un trouble obsessionnel compulsif :

  • Trouble anxieux → inquiétude → La pensée doit être analysée pour éviter sa réalisation
  • Trouble obsessionnel compulsif → Obsession → La pensée redoutée va se réaliser

Tout cela induit des comportements, souvent des rituels pour éviter l’angoisse. Pour expliquer ces comportements étudions déjà théoriquement ce qu’est un comportement et comment il se produit

ABA1

Un comportement est un ensemble d’actions observables et quantifiables chez une personne. Il ne doit pas être une interprétation, mais véritablement pouvoir être coté, noté sans erreur. Ainsi, un comportement ne pourrait être réalisé par un homme mort, le silence et l’immobilité ne sont pas des comportements.

J’ai envie d’un gâteau-> je vais le chercher dans le frigo → j’obtiens l’objet de mon désir.

Les comportements ont une fonction, c’est-à-dire qu’ils visent à répondre à un besoin. Chez les adultes voici quelques fonctions notables:

  • Obtenir de l’attention
  • Obtenir quelque chose de concret
  • Échapper à quelque chose
  • Auto-stimulation

Si un comportement se maintient c’est qu’il est lié à une fonction ou qu’il est le moyen le plus simple pour répondre à un besoin. C’est pourquoi, on peut plus ou moins le renforcer notamment dans l’ABA et en exploitant les renforçateurs et systèmes à jetons. Si j’aborde la question des comportements, c’est parce que certaines de nos pensées sont peu conscientes. Beaucoup d’entre nous n’ont pas cette capacité d’introspection nécessaire. Il faut donc apprendre à retrouver la pensée au travers du comportement, cette façon nous permet possiblement de revenir à l’antécédent, la pensée préalable.

  1. Pensées automatiques et croyances

Comme je le laissais suggérer, l’interdépendance est importante entre nos pensées, nos comportements et nos émotions, un triptyque en somme :

ABA 2.jpg

Lorsqu’un événement survient, il influe les cognitions. Ainsi dans l’autisme mais aussi dans la maladie psychique, s’opère une généralisation notamment des événements négatifs. Imaginons une discussion ratée avec une personne Neurotypique (par opposition avec des personnes autistes). Cet échec social, ainsi que d’autres impacteront les croyances de la personne qui peu à peu développera des pensées automatiques :

ABA3.jpg

  • Avec les personnes NT
  • les conversations se déroulent toujours mal, Ils ne font aucun effort

Ainsi des comportements se mettront en place, voici par exemple comment un système de pensées et des actions sont influencés par quelques échecs :

Comme la personne manque de recul, faute de recueil de données, elle ne peut évaluer la pertinence de la croyance « toutes les conversations se passent mal ». L’idéal pour évaluer sa pertinence serait d’étudier toutes les interactions sociales avec les NT, noter les conversation réussies, neutres ou ratées et effectuer des statistiques Faute de cela, la personne aura tendance à ne retenir que les failles, à exagérer sa mauvaise conversation, ce qui engendre ces comportements d’évitement et des pensées hostiles envers une catégorie hétérogène de personnes.

III) Un outil personnel et pratique : le tableau des angoisses.

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de faire fi de la théorie et de proposer quelque chose qui m’est propre, ce n’est pas de l’auto-observation, c’est entre une déconstruction des fausses croyances, une recherche de solutions, et donc de l’introspection. J’ai nommé ça le tableau des angoisses, d’abord parce que j’ai personnellement du mal à identifier autre chose que de l’angoisse ou de l’anxiété, ensuite parce que ça me permet de reprendre mes pensées et les retravailler pour justement casser cette angoisse, une solution apporte un apaisement, aussi voici le document proposé :
(Il est possible de cliquer pour agrandir le document)

ABA4.jpg

Comment le remplir?

  1. Une pensée automatique survient « je ne vais jamais réussir à m’intégrer dans la société », je remplis le tableau (1ere colonne)
  2. J’évalue la persistance et la récurrence de la pensée (ex: 7)
  3. Le risque si je ne fais rien pourrait être « je resterai seul toute ma vie sans ami, sans femme, sans enfant », finalement le risque représente la croyance établie
  4. Des solutions possibles pourraient être d’intégrer un groupe d’habiletés sociales ou bien d’intégrer un lieu d’activité (Gem, café Asperger)
  5. La déconstruction du risque pourrait s’axer autour de l’existant: « J’ai déjà un ami » ou « j’ai déjà bien évolué », « ma vie n’est pas terminée et personne ne peut prédire mon avenir ».
  6. Par rapport aux dates, si la solution choisie est un GHS il est important de planifier les étapes pour les intégrer et donc de programmer ça dans 6 mois. J’envisage très bientôt un article sur la planification
  7. Le dernier point est plus subjectif, puisqu’il faut évaluer le coût de la réalisation de la solution. Il faut donc souvent connaître les formalités, les actions qui président au changement.

Quelques principes :

  • Ce tableau ne se remplit pas en temps réel, car il est impossible de trouver une solution sur le moment, il nécessite une réduction de l’angoisse pour être complété
  • Notez les pensées répétitives une seule fois
  • Il serait peut-être pertinent d’ajouter l’émotion associée à condition de la reconnaître
  • Il peut donc être pertinent de mettre en place en tout premier lieu les solutions les moins coûteuses par exemple une alarme pour boire
  • La solution peut être sans objet quand la pensée est ponctuelle
  • Il est possible de réévaluer l’intensité après une mise en place de la solution ce qui aura pour effet d’évaluer la décroissance de l’angoisse
  • Le coût est très subjectif, il est noté de 1 à 9 selon ce qui me semble le plus difficile à maintenir dans le temps ou à mettre en œuvre

Bien entendu, la forme est inhérente au fonctionnement de chacun. De même, les solutions proposées n’ont pas valeur d’universalité. Mais en suivant un tel programme, très bientôt les solutions mises en place pourront réduire l’anxiété. Je vous conseille de mettre en place les solutions les moins coûteuses, dans mon exemple, une « alarme » pour savoir quand s’hydrater. Dans un article précédent, j’avais évoqué le changement, il pourra vous être utile:
Autisme Asperger, changer???

De même n’hésitez pas à consulter les trois autres articles sur l’exposition, la sensorialité
ou su l’environnement qui peuvent favoriser les pensées intrusives. Je n’ai proposé qu’un seul tableau pour éviter d’avoir à recueillir trop d’informations. Il est possible de multiplier les cahiers d’auto observation ce qui est bénéfique mais qui risque d’être impossible à tenir, dans le temps. N’hésitez pas à proposer des améliorations pour le tableau, à critiquer la forme ou le fond.

Ps: Désolé pour le mot de passe temporaire, j’avais besoin d’optimiser la publication

Version EXCEL
tableau des angoisse

Ma page facebook si vous voulez vous abonner:
https://www.facebook.com/Aspieconseil/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s